Contact

Contact

À la une | Actualités

PUBLICATION : Les thérapies complémentaires : Un risque de rupture avec la médecine générale ?

29 septembre 2022 | 0 commentaires

 

Anthony Dos Santos , Nouhad Benaziza, Jacques Laurent, Denis Spindler et Yannick Ruelle

Publié en ligne : 28 septembre 2022 https://doi.org/10.1089/jicm.2021.0322

Résumé :

Contexte : En 2014, l’Organisation mondiale de la santé a lancé son deuxième plan stratégique sur le développement des médecines complémentaires. Le shiatsu fait partie des huit approches alternatives dignes d’intérêt. Aucune étude n’a exploré les trajectoires de santé de ses utilisateurs ainsi que les motifs et expériences de leur recours au shiatsu.

Objectif : Explorer les motivations et les expériences de l’utilisation du shiatsu et les trajectoires de santé de ses utilisateurs en France.

Conception et contexte : Étude qualitative auprès d’utilisateurs de shiatsu.

Méthodes : Entretiens téléphoniques semi-structurés avec des utilisateurs de shiatsu et enregistrements audio pendant les séances de shiatsu. Les utilisateurs de shiatsu ont été recrutés à travers la France par des praticiens de shiatsu qui n’avaient pas d’instructions spécifiques sur le pr

ofil des utilisateurs à inclure. Analyse descriptive puis thématique des données, avec triangulation, selon une approche phénoménologique, à l’aide du logiciel MAXQDA©.

Résultats : Dix entretiens et sept enregistrements ont été réalisés pour recueillir suffisamment de données. Les principaux thèmes identifiés sont les connaissances et représentations antérieures du shiatsu, les symptômes conduisant à ce recours, l’inefficacité de la médecine conventionnelle et les trajectoires de santé de l’usager. Les usagers recherchaient une alternative à la médecine conventionnelle et avaient souvent recours à d’autres médecines complémentaires. Ils n’avaient généralement aucune connaissance préalable du shiatsu. Le shiatsu leur a été conseillé par leur entourage, jamais par un médecin. Les principales raisons de leur recours au shiatsu sont la douleur, l’anxiété et les troubles du sommeil. Les utilisateurs ont d’abord essayé la médecine conventionnelle. Certains ont cherché à modifier ou à réduire leur consommation de médicaments. Le shiatsu est ensuite devenu une pratique régulière. Les utilisateurs ont décrit des réactions désobligeantes de leur médecin généraliste (GP) à l’égard de cette thérapie complémentaire.

Conclusion : Cette étude met en évidence une relation fluctuante et ambivalente entre la médecine complémentaire et la médecine conventionnelle. Le parcours de santé des utilisateurs de shiatsu comprend plusieurs phases : confiance dans la médecine conventionnelle puis déception, rupture et prise de risque pour leur santé. Pour éviter cette rupture, le médecin généraliste devrait être impliqué dans l’utilisation des thérapies complémentaires.

Dernières actualités

ASSEMBLEE GENERALE & CONGRES 2022

ASSEMBLEE GENERALE & CONGRES 2022

L'assemblée générale du SPS aura lieu le samedi 3 décembre 2022 de 9h30 à 12h30 en visioconférence. Le congrès se déroulera le samedi 3 décembre de 14h30 à 17h puis le dimanche 4 décembre de 10h à 12h et de 14h à 16h, également en visioconférence. Samedi 3 de 14h30 à...

Les Jeudis du SPS : Le 27 octobre 2022 – LA SANTÉ DANS NOTRE ASSIETTE

Les Jeudis du SPS : Le 27 octobre 2022 – LA SANTÉ DANS NOTRE ASSIETTE

Le jeudi 27 octobre à partir de 18h30, Sophie Picard-Nguyen interviendra dans le cadre des Jeudis du SPS sur le thème suivant : La santé dans notre assiette Notre alimentation influe sur notre équilibre énergétique et notre santé. Présentation de la Diététique...

PUBLICATION : Le shiatsu : Une médecine complémentaire au service de l’apaisement et de la verbalisation des traumatismes

PUBLICATION : Le shiatsu : Une médecine complémentaire au service de l’apaisement et de la verbalisation des traumatismes

En pédopsychiatrie, les réponses thérapeutiques s’avèrent insuffisantes vis-à-vis de l’auto et de l’hétéro-agressivité, l’impulsivité, les troubles du sommeil, particulièrement chez les enfants avec un trouble du spectre de l’autisme et/ou une déficience intellectuelle ou les enfants ayant un passé de carence affective, de troubles de l’attachement ou de traumatismes précoces. Certaines observations et études ont documenté l’impact positif sur ces troubles du yoga et de la méditation pleine conscience. Le shiatsu, soin de médecine japonaise, est pratiqué depuis plusieurs années dans le secteur de psychiatrie infantojuvénile 75I11 et semble avoir des effets positifs sur l’auto-/hétéro-agressivité, les troubles du comportement et le sommeil.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *